S'inscrire à la newsletter Accéder à l'extranet RSS

FFE > Composition

Isabelle Lamour : « Ce que nous avons fait en trois mois. »

18/06/2013 Imprimer

Isabelle LAMOUR - LM.jpg

Elus le 16 mars, Isabelle Lamour et son équipe n'ont pas chômé durant ces trois mois. Trois comités directeurs, une Assemblée générale ordinaire et extraordinaire, sans compter les réunions de bureau qui ont jalonné ce trimestre et qui ont permis de faire avancer la machine fédérale dans toutes les directions.

 

Isabelle Lamour :

 

« Nous avons trouvé une situation complexe, du fait de la date trop tardive de l'élection qui provoqua de l'attente, du flou dans les décisions à prendre. Nous nous sommes mis immédiatement à la tâche.

 

Au niveau sportif, Christian Peeters, notre nouveau DTN, n'a été nommé que le 6 mai. Mais les entraîneurs avaient pris les choses en main dès la rentrée de septembre, et d'ailleurs des résultats de qualité ont été enregistrés dans plusieurs armes. C'est maintenant, avec les championnats d'Europe, les Jeux Méditerranéens, les Universiades et surtout les championnats du monde, début août à Budapest, que nous allons pouvoir mesurer les progrès et, je l'espère, effacer le mauvais bilan de Londres.

Christian Peeters a déjà rassemblé tous les cadres techniques durant trois jours. Il a reformé son équipe de la direction technique. Et il a décidé la mixité dans les pôles, ainsi que la responsabilité partagée des entraîneurs nationaux pour chaque arme à l'INSEP, de façon à créer là aussi de la mixité et que garçons et filles de la même arme puissent alterner les leçons avec plusieurs entraîneurs.

 

Au niveau financier, Patrick Roos, trésorier, et Serge Aubailly, vice-président en charge de l'optimisation des moyens, ont établi un état des lieux. Il faut savoir que nous avons perdu 5000 licenciés en quatre ans, que la convention d'objectifs avec le Ministère a baissé de 7% en 2013, qu'elle baissera encore de 4% en 2014 et de 4% en 2015. Il a donc été décidé des économies conséquentes sur bon nombre de postes, et notamment des départs de personnel non remplacés. Le déficit a été établi à 200.000 euros.

Il nous faut donc des recettes supplémentaires. Pas question de toucher au prix de la licence. Mais l'Assemblée générale a décidé d'augmenter de 2 euros la contribution aux droits d'engagement à toutes les compétitions donnant lieu à classement. N'oublions pas que nous sommes en litige dans deux procès qui peuvent nous coûter de l'argent. Alors, dès la rentrée, nous allons établir une réflexion sur le siège fédéral beaucoup trop surdimensionné. Il nous faut aussi rencontrer des équipementiers, car il n'est pas sûr que l'actuel poursuive, c’est ainsi qu'il l'a déjà fait dans d'autres fédérations.

 

Au niveau organisationnel, je dois d'abord mettre en exergue le travail colossal effectué par Catherine Defoligny, secrétaire générale, et Alain Varille, secrétaire général adjoint, qui sont là tous les jours à la Fédération. C'est fou le nombre de dossiers qu'il faut ouvrir, découvrir et régler. Les 29 commissions ont été recomposées et nombre d'entre elles sont déjà au travail. Le personnel a été reçu en entretien individuel pour mieux définir les tâches. Notre directeur exécutif, Nicolas André, a été appelé auprès du nouveau directeur général de l'INSEP, et je tiens à le remercier de son implication permanente.

 

Avec le bureau, nous avons beaucoup bougé sur le terrain. Nous sommes allés sur de nombreuses compétitions, et je suis rassurée quant à l'image de l'escrime auprès des collectivités locales. Nous avons établi des contacts, soit pour construire une salle d'armes, soit pour abriter des stages de l'équipe de France. D'ailleurs nous allons établir un guide à disposition des clubs, des comités départementaux, des ligues pour toute démarche à accomplir dans ce sens, par exemple la demande de subvention au CNDS.

Un nouveau conseil d'administration de l'Institut de Formation de la Fédération française d'escrime (IFFE) a été élu et un important travail de restructuration, après modification des statuts, a été entamé par Olivier Istin, afin d'optimiser ses moyens.

 

Au niveau de la communication, nous avons aussi progressé. Le site internet est mis à jour sans cesse, ce qui n'était pas le cas auparavant. Une lettre mensuelle part dans tous les clubs. D'ailleurs, un questionnaire va être envoyé pour prendre en compte les améliorations à apporter. En outre, nous pouvons nous féliciter que le challenge RFF, au Carrousel du Louvre, (un vrai succès, surtout avec le triplé français) ait été diffusé en direct sur l'Equipe 21, première chaîne nationale gratuite de sport.

 

Deux rendez vous internationaux, pris par l'ancienne équipe, nous attendent. Fin novembre, ce sera le centenaire de la FIE, pris en charge par celle-ci, mais un Congrès y sera accolé et nous serons impliqués. En juin l'année prochaine, ce seront les championnats d'Europe seniors à Strasbourg. Nous avons pris contact pour définir notre collaboration.

 

Enfin, je voudrais dire que ce qui m'a marquée depuis mon élection, c'est l'importance de la mobilisation des uns et des autres. Il nous faut canaliser cette énergie et nous organiser au mieux pour optimiser les compétences de chacun. Nous nous employons à décloisonner le système, à faire circuler l'information et à travailler en transversalité. »

La Fédération 3140 lectures