S'inscrire à la newsletter Accéder à l'extranet RSS

Haut niveau > Légendes

In Memoriam Claude Arabo (1937-2013)

04/07/2013 Imprimer

1964 TOKIO ARABO Argent individ.jpg

Ce mercredi 3 juillet 2013, nous a quittés un très grand ami et un magnifique sabreur.

Pour les nouvelles générations, sans doute est-il bon de rappeler que Claude fût médaillé d’argent aux J.O. de TOKYO en 1964, perdant d’une touche contre le hongrois Tibor PESZA.

Quatre fois médaillé aux championnats du monde entre 1962 et 1967, cinq fois champion de France individuel. Point n’est besoin de citer d’autres performances dont la liste est pourtant longue. Il a marqué l’escrime de son époque en étant non seulement le leader du sabre français des années 60, mais encore l’un des membres inexpugnables de ce que l’on appellerait aujourd’hui le « top five »  mondial.

Il était en outre l’interprète d’un sabre limpide, très tactique dont la simplicité apparente faisait penser (à tort) qu’elle était facile à reproduire. Il fut formé à l’origine par les Maîtres PLUVINEL, TORNATORE  et THIRIOUX puis  Jean COTTARD, fut celui qui le peaufina, le suivit et lui porta une affection quasi paternelle tout au long de sa carrière.

Mais il me faut cesser là ce panégyrique car il n’aurait pas aimé que l’on trace de lui un portrait aussi flatteur. D’une rigoureuse honnêteté intellectuelle, d’une modestie parfois presque abusive, il était un ami sûr incapable d’une petitesse ou d’une vilenie. Epoux, père et grand-père admirable, sa disparition – tellement injuste – à un âge précoce, laisse sa famille et ses amis dans une peine indicible.

Mélomane, grand amateur d’opéra et de théâtre, Niçois de toujours (« je n’aimerais pas vivre ailleurs » disait-il) il assumait fièrement ses racines méditerranéennes, ses origines familiales italiennes avec, pourtant, une très grande discrétion, une volonté constante de ne pas se mettre en avant. Presque à l’anglo-saxonne.

Paradoxe et charme de cet homme de qualité et de cet escrimeur d’exception que nous pleurons franchement.

Texte Hommage rédigé par son ami Gilles Vaucelle et son maître d'armes Jean Cottard 

1964 TOKIO ARABO CONTRE HONGROIS.jpg

 

1964 tokio Arabo et pezsa hongrois.jpg

Arabo Claude, (Français) né le 10 mars 1937 Nice (fils de Henri et Olga Brascoli).
Ce kinésithérapeute de profession est le meilleur sabreur français des années 1960. A une époque où les hongrois, les polonais et les russes trustaient tous les podiums il fallait être fort pour se faire une place jusqu’aux médailles ! Il l’était et ne perdit qu’en finale des Jeux de 1964 à Tokyo contre le hongrois Tibor Pesza. Il gagna aussi la médaille de bronze en individuel des championnats du monde de 1962 et 3 médailles de bronze par équipes aux mondiaux de 1965, 66 et 67. Champion de France des moins de 20 ans en 1957 et 58, il le resta en seniors, et de belle manière, de 1960 à 1965.

Texte ci-dessus et photos transmis par Gérard Six

Sabre, Compétitions dans le monde, Actus générales 3092 lectures