S'inscrire à la newsletter Accéder à l'extranet RSS

Découvrir l'escrime > Premier pas

Qu'est-ce que l'escrime ?

18/03/2013 Imprimer

L'ESCRIME

Respect et Maîtrise de soi sont les maîtres mots de l'escrime. Sport de combat, il n'est en aucun cas basé sur la force. L'escrime est une discipline complète qui demande de la vitesse, de la précision et des réflexes. Sport individuel mais impossible sans partenaire, il se pratique aussi en équipe.

L'Escrime est un Sport Olympique Français Majeur, avec 115 médailles olympiques au compteur... Laura Flessel Colovic, Brice Guyart, Eric Srecki, Christian d'Oriola sont les escrimeurs les plus titrés et les plus connus des sportifs français.

C'est un sport en expansion la F.F.E compte 64 000 licenciés, 120 000 pratiquants, et plus de 800 clubs. Il n'existe aucune contrainte médicale pour pratiquer ce sport. L'équipement est léger et la pratique très sécurisée. De plus grâce à des Maîtres d'Armes qualifiés, vous maîtriserez rapidement la technique et la coordination des gestes.

L'escrime développe aussi bien la concentration que la réflexion. Pour harmoniser au mieux le corps et l'esprit !

Libérez vous...le jeu est à la pointe de l'épée et vous permet de vous mesurer à vos adversaires dans la plus grande convivialité. Affinez vous...Idéal pour l'entretien musculaire, l'escrime vous tonifie et affine votre silhouette : élégance et ligne feront partie de votre quotidien !

jo-sh

Histoire 

Le maître d'armes du Bourgeois gentilhomme de Molière.

 

Pour diverses raisons morales et politiques, utilitaires et sociales, l'escrime a captivé hommes de lois et militaires, éducateurs et écrivains, médecins et scientifiques. 
esc5
Les plus grands Rois lui donnèrent ses lettres de noblesses en transformant l'art de frapper en art de toucher adversaires et publics.

À la fois arts, jeux, cultures, sciences et sports, l'escrime revêt une diversité de formes et d'intérêts qui lui assigne une fonction culturelle importante.

Pratique essentiellement militaire et guerrière jusqu'au 20e siècle, l'escrime conserve une fonction utilitaire et justiciable tant que le duel et le code de l'honneur perdurent.

Il devient art d'agrément sous l'influence de Louis XIV qui fait de ce loisir un des trois Arts Académiques avec la danse et l'équitation.

Après la Révolution les bourgeois singent la noblesse et s'approprient l'escrime (et le duel) pour en faire un art sportif puis, progressivement, un sport artistique avant qu'elle ne devienne un sport à part entière.

Les J.O. de 1896 et l'escrimeur averti, Pierre de Coubertin, consacrent cette évolution qui se confirmera au long de toutes les Olympiades, faisant de l'escrime le premier sport français au nombre de médailles.
_Q4E8996


L'ESCRIME EN PRATIQUE

 

En pratique l'escrime est un sport de combat opposant deux escrimeurs qui, à l'aide de leur arme, doivent toucher l'adversaire.

L'équipement est indispensable à la pratique de l'escrime il assure le maximum de protection compatible avec la liberté de mouvement indispensable à la pratique de l'escrime : un masque, un gant, une veste résistante, une arme, un pantalon qui s'arrête aux genoux, des chaussettes hautes et des chaussures légères et stables. A savoir : en général, les clubs prêtent le matèriel et la tenue.


Alliant des qualités physiques, mentales, techniques et tactiques, ce sport favorise la concentration, la maîtrise de soi, la coordination et l'esprit d'initiative et de décision.

Conversation par les armes, l'escrime est une discipline basée sur des valeurs partagées de respect des règles, de l'adversaire, de l'arbitre, d'abnégation et de courage.

 

Un seul but : toucher sans être touché.

Tout en restant sur la piste, les escrimeurs doivent toucher la partie autorisée de leur adversaire, la surface valable, à l'aide de leur arme. Entre le « allez ! » et le « halte » de l'arbitre, ils réalisent des actions codifiées telles que l'attaque et la riposte pour toucher l'adversaire ou la parade pour se défendre. Ces enchaînements d'actions constituent la « phrase d'armes ».

fleuret

En Garde, Prêts, allez !

 

 
 

Pièces jointes de l'article

40515 lectures