S'inscrire à la newsletter Accéder à l'extranet RSS

FFE > Présentation

Faisons connaissance avec la Présidente

21/03/2013 Imprimer

Isabelle_Lamour_interview

Madame Isabelle Lamour qui vient d’être élue à la tête de la FFE, revient sur son parcours et présente les premières orientations de son projet. Un projet qui a été initié de manière collective, précise-t-elle et qui sera mené par l’ensemble de l’équipe dirigeante. La notion de travail d’équipe étant primordiale selon la Présidente pour la bonne marche de la Fédération ainsi que de l’escrime française plus globalement.


Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter comme Présidente de la Fédération ?


Isabelle Lamour : « J’ai été élue au Comité Directeur de la Fédération il y 4 ans et demi et j’avais soutenu la candidature de Philippe Boisse. Nous n’étions globalement pas en phase avec les orientations et les choix qui étaient faits à l’époque par l’équipe dirigeante. Ensuite en raison de ces divergences qui se sont révélées nombreuses au cours de ce dernier mandat, nous avons décidé de proposer un projet alternatif pour l’avenir.

Ma candidature et mon arrivée à la présidence de la Fédération sont le fruit, avant tout, du travail d’une équipe ayant des compétences diverses et complémentaires. »

 

Pourriez-vous nous rappeler votre parcours dans les institutions de l’escrime ?


IL : « Je suis licenciée du Lagardère Paris Racing et fais partie de la Commission sportive depuis de nombreuses années. J’ai également été élue au Comité Directeur de la Ligue de Paris, j’en suis d’ailleurs toujours membre. Je fais aussi partie du Comité Directeur de la Fédération depuis 2008 comme je l’ai dit précédemment et depuis 2009 je suis Vice-Présidente du Comité Régional d’Ile de France. Les élections auront d’ailleurs prochainement lieu ; je ne m’y représenterai pas étant désormais Présidente de la Fédération. »

 

En tant qu’ancienne championne, qu’est-ce que cela vous apporte sur votre vision de la Fédération ?


IL : « Mon parcours d’athlète a nécessairement conditionné mon engagement et ma passion pour l’escrime. Quand on est athlète, je crois qu’on est assez loin de tout ça. On n’a pas forcément conscience des rouages et des mécanismes de la Fédération. Cela semble être un monde à part. La pratique, les infrastructures, les compétitions et bien d’autres choses sont pourtant des sujets communs pour l’ensemble des acteurs de notre sport. »

 

Justement comment fédérer et rapprocher les athlètes de la Fédération ?


IL : « La Fédération doit permettre aux athlètes de se préparer du mieux possible. C’est le rôle de l’instance, de trouver les moyens et de leur donner les meilleures conditions.

Les liens entre la Fédération et les athlètes sont très forts. Ils représentent l’image de notre sport, ce que le grand public perçoit de l’escrime. Ils sont obligatoirement un vecteur de promotion et de communication de l’escrime française. Et entre les athlètes et les élus il y a les cadres techniques et les clubs qui font partie de cette grande entité qu’est l’escrime. Il y a tout un monde qui doit s’organiser, il faut que tous nous travaillons dans le même sens et que nous prenions conscience de cela. Nous voulons tous défendre les intérêts de notre sport. »

 

Ainsi quelles sont les premières mesures qui seront mises en place pour créer une synergie collective ?


IL : « J’ai demandé que les élus de la Fédération se rendent sur les lieux de compétition et se rapprochent des organisateurs, des clubs et des licenciés. Nous irons à l’Insep pour rencontrer les techniciens et les athlètes. Il est indispensable que nous soyons à l’écoute.

Après la nomination du DTN, une réorganisation sera effectuée afin d’aider nos tireurs à se préparer dans les conditions optimales.

Je pense qu’il faut décloisonner le système pour retrouver de la confiance.

Le message que je voudrais faire passer aux licenciés, aux clubs, aux athlètes, aux cadres techniques, aux comités départementaux, aux ligues et aux salariés, c’est que la Fédération a la capacité de mener des actions dans différents domaines. Ensemble nous pouvons être efficaces !

Dès le premier Comité Directeur nous traiterons des premières mesures que nous souhaitons mettre en place rapidement, comme la suspension temporaire des règles du flocage, la labellisation de base (École Française d'Escrime) pour tous les clubs affiliés. Nous mènerons aussi une vraie réflexion en organisant des groupes de travail sur différents thèmes ; ainsi, chacun pourra échanger, participer et faire des propositions en vue du Comité Directeur qui suivra. »

 

Enfin le fait d’être la seule femme élue à la tête d’une Fédération Olympique française, qu’est-ce que cela vous évoque ?


IL : « Si cela permet de parler davantage d’escrime c’est une bonne chose. Nous pouvons montrer ainsi que même si l’escrime est un sport de tradition avant tout, avec un patrimoine à préserver, notre sport est également très moderne ! »

8276 lectures