A LA UNE

Retour aux actus

2020-10-09 - Interviews / Fédération / Escrime Santé


"Les seniors, un public demandeur"

A l’occasion de la Semaine Bleue (5/11 octobre 2020), événement ayant notamment pour objectif d’informer et sensibiliser l'opinion sur les préoccupations et difficultés rencontrées par les personnes âgées, rencontre avec Antonio Meffe, Conseiller Technique Régional Fédéral en Normandie.

Pourquoi avez-vous décidé de vous former sur l’escrime seniors ?

C’est venu d’un appel à projet du Ministère de la Santé. Nous l’avons reçu comme un nouvel axe de développement pour notre fédération. J’ai également des affinités avec ce public senior qui mérite d’être écouté et qui mérite que l’on s’occupe de lui.

Depuis combien de temps initiez-vous nos aînés à ce sport ? De quelle manière travaillez-vous ?

Cela fait plus d’une vingtaine d’année que je me déplace dans les EPHAD et dans les clubs de loisirs seniors. Il est très important de distinguer les personnes seniors (70 ans environ), qui sont de jeunes retraités dynamiques, mobiles et inscrits dans des clubs loisirs seniors, du public présent dans les EPHAD, plus âgé et qui a peu ou pas de mobilité.

Avant notre arrivée nous réalisons au préalable une « évaluation diagnostic » du public. Ce diagnostic va nous permettre d’adapter notre séance. L’escrime permet de travailler sur la mobilité articulaire, de faire fonctionner la mémoire à travers un protocole de touche, de mouvement (la riposte par exemple) et d’un protocole sur l’équilibre. Nous essayons de lutter efficacement contre l’isolement social, surtout dans le contexte sanitaire actuel.

Y a-t-il un lien avec les programmes de santé mis en place auprès de ces publics ?

Certains médecins recommandent l’activité escrime. Je travaille avec des référents médicaux comme des kinés, des psychologues pour que notre activité soit en adéquation avec la personne accompagnée.

Certaines personnes refusent-elles d’essayer l’escrime ?

En 20 ans de pratique, je n’ai jamais eu de refus. Avec les seniors, nous allons avoir un œil bienveillant pour qu’il n’y ait pas de pénibilité pour les pratiquants. L’accueil est également très important, il faut les « choyer », mais c’est un public demandeur.

Quel sentiment vous procure cette activité ?

Je me sens utile, il faut s’occuper de nos ainés. Ça me remplit de joie quand je vois qu’une personne qui n’arrivait plus à lever le bras retrouve sa motricité au bout de quelques séances. C’est une satisfaction personnelle et eux-mêmes montrent une vraie reconnaissance envers nous.

Un mot pour la fin ?

Dans le paysage du sport santé, la Fédération française d’escrime a complétement sa place.

 

Plus d’infos sur la Semaine Bleue : https://semaine-bleue.org/



partagez



3 questions à ... Dominique Hornus, présidente de la commission médicale

Dominique Hornus est présidente de la commission médicale de la fédération, fondatrice de l'association Solution Riposte et anesthésiste-animateur. 

Plus d'infos

"L'escrime a une richesse sur le transfert thérapeutique"

A l'occasion de la conférence "Escrime, est-ce un crime ? Réparer les traumatismes sexuels" organisée à la Cité des sciences et de l'industrie, entretien avec Violaine Guérin, fondatrice de l'association Stop Violences Sexuelles.  

Plus d'infos

Focus sur la salle d'armes Jean Bart de Dunkerque !

Le prix du développement a cette année récompensé la salle d’armes Jean Bart de Dunkerque, le Territoire de Belfort ainsi que le Comité Régional Centre Val-de-Loire. Ces trois acteurs ont, par leurs actions à différentes échelles, réussi à promouvoir l’escrime au sein de leur territoire. Pour tous, cette récompense vient gratifier un travail engagé sur plusieurs saisons. Focus aujourd'hui sur le club d'escrime dunkerquois ! 

Plus d'infos