DTN - Hommage au Maître Jean Cottard :




A LA UNE

Retour aux actus

2021-02-12 -


DTN - Hommage au Maître Jean Cottard : " La démarche d'une audace incroyable"

Suite à sa disparition le 30 novembre 2020, la Direction Technique Nationale et l'ensemble des cadres techniques de la Fédération Française d'Escrime étaient désireux de lui rendre un bel hommage. C'est le Maître Jean-Michel Oprendek qui a été légitimement sollicité. Qui mieux que lui aurait pu remplir cette délicate mission ?
Pour l'avoir menée à bien, nous le remercions infiniment et nous l'assurons de toute notre gratitude.

Par ailleurs, la commission "Honneur, Mémoire et Patrimoine" réfléchit également à une manière d'honorer la mémoire du Maître Jean Cottard.

TÉLÉCHARGER LE TEXTE EN PDF


HOMMAGE AU MAÎTRE JEAN COTTARD

Plusieurs lumières se sont éteintes dans l’Univers de l’escrime française dans l’année 2020. Celles de grands champions tels que Roger Closset et Jean Ramez, celle aussi d’un Maître, un grand Maître : le Maître Jean Cottard qui nous a quittés le 30 novembre, à 94 ans.   

C’est de Maître à Maître, de DTN à DTN, mais surtout avec mon cœur d’escrimeur que j’ai élaboré ce texte. Je sais que nombreux sont celles et ceux qui me rejoindront et d’autres qui dans ces lignes se retrouveront car il y a quelque chose en nous du Maître COTTARD.

Jean-Michel OPRENDEK

---

Jean Cottard fit la connaissance de l’escrime en 1945 avec son oncle, en TUNISIE où, à 19 ans, il faisait son service militaire. Celui-ci lui conseilla de s’engager à l’Ecole d’Entrainement Physique Militaire d’ANTIBES, ce qu’il fit. Dès lors, avec ses qualités de sportif et son tempérament de gagneur il empruntera la voie royale des Moniteurs d’EPM retenus pour entrer à l’Ecole magistrale d’escrime où pendant 2 ans, de 1947 à 1949, il y sera formé. C’est ainsi que sous la direction de cet immense pédagogue qu’était le Maître Raoul Cléry, redoutable tireur qui tutoyait les champions de cette époque, il se passionnera très vite pour l’enseignement de l’escrime. Il sortira major d’une promotion où figuraient de futurs ténors tels que les Maîtres Pierre Thirioux, Jimmy Gaillard, ainsi que Claude Siegel, René Barriel et André Lacroix pour les plus connus.

En fait, nous projetant des années plus loin, si on se penche sur les profils, similitudes et différences des trois grands Maîtres dont l’escrime française est orpheline à ce jour, on peut, toutes choses égales, considérer cette trilogie comme suit :   

Le Maître Cléry qui a formé des générations de maîtres d’armes, était celui vers lequel  maîtres, entraîneurs, tireurs, arbitres, dirigeants, se tournaient pour entendre « la Vérité ». Considéré comme le Pape de l’escrime française, il était la référence absolue. Son enseignement, ses cours, démonstrations, explications et ses conseils, non seulement étaient frappés du sceau de la connaissance et du bon sens, mais toujours donnés avec une clarté et une courtoisie que seule leur disputait une incroyable modestie. En ligne directe, si lui ressembler était abordable, l’égaler étant exclu, des nombreux élèves qu’il a formés on peut affirmer que les Maîtres Jean Cottard et Pierre Thirioux ont été ses héritiers.  

Jean Cottard fut celui qui intégra totalement cet enseignement avec l’intelligence, la finesse et l’intuition qui étaient l’apanage du Maître Cléry. Curieux de toutes choses, attentif,  ouvert, extraverti, il était doué. Prenant l’initiative un jour de transporter sa housse en Languedoc-Roussillon, il se trouva au bon endroit au bon moment, ce qui lui valut de vivre intensément et avec succès, sa passion pour ce sport, en entrainant 15 ans durant dont 12 de DTN, les internationaux des équipes de FRANCE qui lui furent confiées. C’est avec sa formation et ses qualités humaines qu’il excella dans ce rôle d’architecte et de chef d’orchestre, responsable, certes envers sa fédération, mais surtout envers son pays. Cette mission régalienne, en toute filiation du Maître Cléry, Jean Cottard a su l’assumer.

L’autre fils, Pierre Thirioux, et donc frère de Jean si on veut le voir ainsi, fut, lui, l’héritier pédagogique, le successeur du Maître Cléry à la direction de l’Ecole magistrale d’ANTIBES d’abord puis de FONTAINEBLEAU où il accueillera et entrainera avec son équipe de jeunes maîtres formateurs-entraîneurs, les escrimeurs du Bataillon de Joinville. Il aura été le gardien du Temple, assurant la continuité de la formation des maîtres d’armes militaires dont l’apport et la présence auront été considérables pour le développement et les résultats internationaux de l’escrime française. Comme tous ceux sortis instruits, conquis et pugnaces de l’enseignement du Maître  Cléry, il aura assuré jusqu’au bout.

Distinguer ces 3 piliers de la maîtrise issus du même creuset en mettant leurs fonctions et qualités en perspective, permet de rendre à chacun d’eux le juste hommage qui lui est dû.

 Mais, revenant à notre Mozart, ses variantes et ses tribulations, un fait fort bien le définit, plus avant évoqué au sujet du Languedoc-Roussillon, sorte de prise en mains de son  destin : Dès sa sortie de l’Ecole d’ANTIBES, le tout frais émoulu diplômé Maître se rendit à la salle d’armes du club de MONTPELLIER pour …., pour se présenter et dire à la stupéfaction de tous : «Je viens pour donner la leçon à monsieur Christian d’Oriola ». Surpris, mais très gentiment Christian accepta. Et Jean me le raconta, après chaque action il demandait à Christian « Ce que je vous fais faire, ça va monsieur d’Oriola ? » et Christian de dire soit oui, soit : « Maître, moi je le sentirais plutôt comme çà » et de le lui montrer. Jean faisait alors comme Christian le sentait, ce qui était une notion capitale chez cet immense champion. Et le Maître d’apprendre, de noter, et de s’imprégner de cette relation de Maître à élève - d’élève à Maître, si forte en escrime, allant chercher son inspiration avant que d’en avoir la confirmation, insigne privilège s’il en est, auprès du Grand D’Oriola.    

Mais que faut-il donc noter, là, d’important ? D’extrêmement important ? La démarche ! Cette démarche d’une audace incroyable et humble à la fois, à oser aller donner la leçon au quadruple champion olympique de fleuret, élu l’escrimeur du 20ème siècle, l’icône du sport français, et à lui demander en outre si ce qu’il lui faisait faire lui convenait, prêt à entendre, conscient même, que jeune Maître sans aucune expérience, ce ne pouvait pas être correct. En fait Jean était lucide, avec une envie forcenée d’apprendre vite, et d’apprendre bien. Au -delà de ce culot de môme et de l’humilité évoqués, sorti major de sa promotion, si cette témérité étonne, l’esprit, lui, pas tout à fait. Le grand Maître déjà perçait sous le garçon. Doté de qualités qui ne pouvaient que s’exprimer au contact de Christian d’Oriola, implicitement il le savait. Pour lui ce fut un choix. Ces deux-là devaient se rencontrer.

 Le reste, très vite, ne sera plus qu’une logique, un parcours qui se développera à l’aune de son intelligence et de cette faculté qu’il avait d’être un fin technicien à l’écoute de ses élèves, de leurs progrès, leurs résultats, leurs caractères et leur ressenti. Lui-même avait une âme de compétiteur : vainqueur du challenge Lindelman, réunissant les meilleurs Maîtres classés professionnels qui étaient très forts à l’époque, en 1958 ; trois fois champion de France des maîtres d’armes en 54, 58, et 60. Convaincu de l’importance de la leçon au plastron pour régler et affiner sa technique, tant Maître que tireur, il était à cet égard un puriste. Amoureux de la belle escrime, rien ne le ravissait autant que gagner dans les canons du classicisme, ce à quoi, en perfectionniste, il aspirait. Il était outré quand une action, un jeu, étaient désordonnés. A chaque championnat du Monde ou Jeux Olympiques, qu’il les ait vécus, ou à être scotché devant la télé, il aura toujours été ainsi.         

Après un séjour en ANGLETERRE où il enseignera à l’Université de CAMBRIDGE, il revînt en FRANCE où il passa d’abord une période transitoire : pas de club, pas de poste fédéral. C’est alors que Christian d’Oriola qui considérait qu’il était le meilleur des Maîtres, le sollicita pour donner de façon privée des leçons à Kate Delbarre-d’Oriola et lui pendant les heures creuses (Kate séjournait épisodiquement à l’INSEP où il était exclu de ne pas prendre la leçon avec le Maître Paul Battesti, le Directeur de l’Ecole magistrale) au RCF qui voulait bien les accueillir. Sa réputation montante l’amènera à devenir un des maîtres titulaires du club phare de la capitale, où, de 1953 à 1972, il exercera au contact d’authentiques champions tels le grand fleurettiste Adrien Rommel, et tout aussi grands épéistes qu’étaient Jack Guittet et Michel Pécheux qui, devenu Maître, était le Directeur de salle.

 

Son niveau reconnu, c’est ainsi qu’adoubé par Christian d’Oriola et à son souhait, il sera :

  • recruté par la FFE comme Entraineur National en 1956, il entrainera les 3 armes ;
  • entraîneur du fleuret de 1960 à 1964 ;
  • nommé premier DTN de l’escrime française en 1960, depuis sa prise de fonction d’EN en 1956 après les JO de Melbourne, jusqu’à 1972 où il s’arrêtera, ce seront 42 médailles dont 11 d’or, 12 d’argent et 19 de bronze que l’escrime aura rapporté à la FRANCE aux JO et Championnats du Monde séniors, aux 4 armes.     

Ont ainsi pris la leçon à son plastron en club, à l’INSEP, en stages de regroupements nationaux, se déplaçant même en province pour la leur donner les internationaux au-delà de ceux déjà plus haut cités : Gilles Berrolati, Jean-Claude Magnan, Christian Noël, Gérard Lefranc, Jacques Lefèvre, Catherine Rousselet-Ceretti, Yves Dreyfus, Claude Arabo, Jean Ramez, et de très nombreux autres, toutes et tous ne pouvant être cités ci. Et lors, la plus fameuse réussite collective aura surtout été atteinte avec l’équipe de fleuret masculin sacrée championne olympique aux JO de MEXICO 1968, composée de Jean-Claude Magnan, Daniel Revenu, Christian Noël, Gilles Berrolati et Jacques Dimont. Jean-Claude Magnan, médaille d’argent aux JO de Tokyo 64 et champion du monde individuel en 1963 et 1965, fut dans les années 60 le plus performant des élèves de Jean Cottard, s’inscrivant dans les traces et le classicisme de Christian d’Oriola. Cette équipe masculine fut longtemps le fleuron de l’escrime française avant que trois olympiades après ne les rejoignent les autres armes. Bien des membres des équipes nationales, licenciés au RCF ou s’y inscrivant, étaient des élèves du Maître Cottard. Prenant régulièrement la leçon à son plastron les soirs de salle, en plus de l’entraînement national accessible à l’INSEP, c’était un atout qui portait ses fruits. Ne tutoyaient vraiment le RCF que les fleurettistes Melunais du Maître Ernest Revenu et ceux de la Tour d’Auvergne du Maître Marc Leblond en tant que formations évoluant au même niveau d’excellence. Pour autant le champ restait ouvert à des individualités talentueuses, des Maîtres compétents œuvrant sans relâche à l’émergence de ces champions fidèles à leurs clubs. Mais réunis sous la bannière FRANCE, c’était une équipe solide et soudée que présentait la FFE dans l’arène internationale et le seul objectif que lui assignait et s’assignait avec ses Entraîneurs Nationaux le Maître Cottard était de gagner.  

En 1960, il aura connu le naufrage français des JO de ROME : un zéro pointé pour l’escrime, et la France de Pierre de Coubertin revenant, gaulois vaincus, humiliés, avec 5 médailles et aucune d’or. Il fera donc partie de l’époque du redressement confié au colonel Marceau Crespin par le général de Gaulle qui prit la décision de faire appel à un condottière, un vrai chef de commando. C’est alors que fut considérablement étoffé le corps des Cadres Techniques et que remettre la FRANCE à sa vraie place dans le concert des nations sportives prit son plein effet, la mission confiée à des techniciens réputés, avec des moyens et une ardente obligation de résultats. C’est alors que des techniciens compétents et à l’esprit de conquête, conduisirent les équipes de France à l’assaut des podiums, tels Honoré Bonnet au ski, Robert Bobin à l’athlétisme, Georges Boulogne au football, Lucien Zins en natation, Arthur Magakian en gymnastique, Henri Courtine au judo, pour ne citer qu’eux. Jean Cottard était de ces patrons charismatiques. Dès lors, 1er pourvoyeuse de médailles olympiques, l’escrime fut priée d’honorer sa réputation, sous la houlette de son DTN, elle le fit.   

Le Maître Cottard a donc fait partie de cette épopée sportive de notre pays qui vit le démarrage de ce que l’on a appelé « La Préparation Olympique Française » avec une stratégie, des moyens et un programme renforcés. Participant de cette ambition, notre DTN mythique entrainera avec succès les fleurettistes féminines et les garçons des 3 armes,  apprécié et respecté de tous. Très attaché à l’entrainement technique, certes, il fut un des premiers à considérer  la nécessité d’une sérieuse préparation physique, estimant que les internationaux d’escrime devaient être aussi des athlètes. Dans le temple du sport qu’était l’INSEP, pour celles et ceux qui avaient la chance d’y loger ou de le fréquenter régulièrement, les conditions s’y prêtaient. Jean-Claude Magnan en fut le plus bel exemple.   

Il aura également beaucoup influé sur la politique fédérale de l’époque, en totale collaboration avec de grands Présidents de la FFE, tels que le commandant Bontemps et son fidèle ami de toujours, Rolland Boitelle, qui deviendra aussi Président de la FIE, en 1985.  Avec la force d’actions de terrain de ses 36 cadres techniques, en liaison avec les clubs, il aura favorisé la pratique de l’escrime sur tout le territoire en tirant le meilleur parti des moyens humains, structurels et financiers de son époque, en relation constante avec la Direction des Sports du MJS, s’inscrivant dans l’élan imprimé par le colonel Crespin. 

Sa passion pour l’escrime, son enthousiasme, sa nature optimiste et toujours enjouée, ainsi que son éthique personnelle sans faille, faisaient qu’au-delà du technicien Jean Cottard était une personne rare. Toutes ces qualités et dispositions ont beaucoup participé du bon état d’esprit et de l’ambiance qui régnaient dans les équipes de France de l’époque. Il aura su également s’entourer d’une équipe d’Entraineurs Nationaux de haut niveau qui ont marqué de leur empreinte leurs spécialités, dans le droit fil de la vision du patron. Ce furent Michel Dordé au fleuret, Jimmy Gaillard à l’épée, Jacques Donnadieu qui lui succèdera, au sabre. Tireuses, tireurs, ENx, DTN, staffs techniques, logistiques et médicaux, la formation française était de celles qui tenaient le haut du pavé, une association de fortes personnalités où le  leitmotiv du « patron » a toujours été : « Résultats d’abord !».

Maître Cottard aura donc arrêté sa carrière de DTN en 1972, recruté par la société Adidas. Ce fut un grand dommage pour notre sport que de l’avoir laissé partir ainsi. Il aurait aimé m’avait-il confié, enseigner à l’Ecole de maîtres d’armes de l’INSEP où son potentiel pédagogique intact et son expérience auraient fait merveille. Certes il n’était pas homme à demander. Mais reste que ce fut un manque total de discernement de la part de la FFE. Cela aurait même pu être ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied car contacté par l’Italie, Jean refusa, ne se voyant pas entraîner une autre équipe que l’équipe de FRANCE. Autres temps autres mœurs, l’escrime française a déjà subi cette « fuite des cerveaux » dont  on ne peut que constater l’accélération qu’elle a prise depuis les JO de RIO 2016.

Jean Cottard restera dans la maison FFE à titre de membre du Comité Directeur. Il posera définitivement son sac à ANTIBES en 2012, élu Gloire du sport français cette année-là, Officier de la Légion d’Honneur depuis 1995 pour ne citer ici que ces deux distinctions.    

Avec autant de charisme et d’omniprésence dans tous les secteurs, avec ses entraîneurs et cadres techniques, sa DTN aura été la clé de voute du fonctionnement de la Fédération.   L’escrime a été sa seconde famille, intimement liée à la sienne. Il n’aurait jamais pu exercer son métier avec un tel engagement sans le soutien inconditionnel de son épouse Lucette,  mariés depuis 1951, et celui tout aussi inconditionnel de leurs enfants, Hélène et Christian.  

Tout a donc commencé pour Jean à ANTIBES, et la boucle aura donc été bouclée à ANTIBES. Sauf qu’y devenant sédentaire, le voilà à remettre le plastron au club municipal, le Maire de la ville et ancien Ministre, le Docteur Jean Léonetti, ayant été lui aussi son élève. C’est au sein d’une équipe composée des jeunes Maîtres Pierre Lagardère et Jean-Marc Oprendek,  et des Maîtres Michel Perrin et Michel Ortoli, issus du Fort Carré, qu’habité de la même passion, le Maître Cottard a redonné la leçon à des jeunes, des handicapés, des minots, …. me revient même en mémoire qu’un jour où je passais, il me dit : « J’en ai un là, au sabre, un môme super bien placé. Un petit bijou. ». Et il le disait avec une véritable délectation.

Quelle image pourrait mieux résumer ce que fut le Maître Jean Cottard que celle-ci ?

Au revoir Jean, au revoir Maître et merci de cette joie de vivre que tu nous as toujours communiquée au travers de l’escrime, MERCI POUR TOUT.



partagez



Offre d'emploi - Cognac

Le cercle de l'épée de Cognac recherche un maître d'arme pour la rentrée 2020.

Plus d'infos

Conditions sanitaires de pratique

Plus d'infos

Service civique

Plus d'infos