pascale trinquet-hachin

A dix-huit ans, Pascale contemple avec envie la superbe médaille d’argent olympique obtenue à Montréal en 1976, au fleuret par équipes, par sa sœur aînée Véronique. L’escrime est le sport de la famille Trinquet, pratiqué à l’OGC Nice, où elles sont licenciées. Consciencieuses, les deux jeunes filles ne manquent jamais de recevoir, trois fois par semaine, la leçon de fleuret de leur maître d’armes Louis Le Cabellec. Le professeur apprécie ces élèves particulièrement attentives et studieuses, comme leurs résultats scolaires l’attestent. En 1975 à Mexico, Véronique coiffe la couronne de championne du monde juniors. Un an plus tard, elle découvre le bonheur de monter sur le podium olympique canadien. Cette joie sportive, elle la transmet à Pascale, sa cadette qui, à dix-sept ans, laisse entrevoir des qualités exceptionnelles. Elle conquiert les titres nationaux juniors en 1976, puis seniors en 1979.

Curieuse coïncidence, la même année à Mexico, comme sa sœur, Pascale connaît sa première consécration mondiale en triomphant aux Universiades. Dans ce tournoi de très haut niveau, elle domine, à la surprise générale, la championne du monde en titre, l’Allemande Cornelia Hanish. Sûre d’elle et sans aucun complexe, Pascale s’envole pour les Jeux de Moscou 1980, avec le secret espoir de faire (au moins) aussi bien que Véronique quatre ans plus tôt sur les bords du Saint-Laurent.

Dans les poules qualificatives, opposée aux trois meilleurs Soviétiques et à la tenante du titre, la Hongroise Ildiko Schwarczenberger, Pascale réalise un grandiose festival en gagnant tous ses duels. Pour la première fois depuis 1957, les Soviétiques sont écartées de la finale d’une compétition de fleuret. En finale, le 24 juillet 1980, avec quatre victoires et une seule défaite face à la Polonaise Barbara Wysoczanska, Pascale Trinquet devient championne olympique. Elle complète ce brillant résultat en décrochant une deuxième médaille d’or au fleuret par équipes, infligeant devant le public russe une cruelle humiliation aux Soviétiques, détentrices du titre depuis Mexico en 1968, sur le score sans appel de 9 victoires à 6. Pascale Trinquet, tout sourire, monte une seconde fois sur la plus haute marche du podium, accompagnée de Brigitte Latrille-Gaudin, Véronique Brouquier, Christine Muzio et Isabelle Boéri-Bégard, sous le regard ému de leur capitaine Kate d’Oriola.

(biographie issue de "Les héros olympiques français" Henri Charpentier - Solar éditions)

image droite

palmarès

INDIVIDUEL

  • Championne Olympique 1980
  • Championne de France 1979, 1980

PAR ÉQUIPES

  • Championne Olympique 1980
  • Médaillée de bronze aux Jeux Olympiques 1984 

(photo : presse sport)