philippe boisse

Au printemps 1983, Philippe Boisse est un homme heureux et fier. Pendant dix ans, il a privilégié ses études de médecine au détriment de l’escrime. Maintenant que ses examens sont terminés, il consacre deux fois plus de temps à a préparation sportive pour s’imposer individuellement au plus haut niveau international.

Deux fois champion de France à l’épée en 1976 et 1978, il a conquis aussi deux titres par équipes : olympique en 1980, mondial en 1982. Beaucoup d’athlètes se contentent d’un tel palmarès mais Philippe Boisse refuse d’avance tout regret sur sa carrière d’escrimeur. Sa nouvelle disponibilité correspond à une accélération foudroyante de ses résultats en 1983 : champion de France, victoire au prestigieux Challenge Monal, médaille d’or aux Jeux Méditerranéens, champion du monde par équipes. Le voilà sur orbite alors que les jeux Olympiques de Los Angeles se profilent à l’horizon.

Consciencieux et perfectionniste, il conserve en 1984 sa couronne de champion de France et part serein en Californie. Le 8 août, ai théâtre de Long Beach, il atteint avec une souveraine aisance les demi-finales. Hasard des classements de poule, le destin l’oppose à son compatriote Philippe Riboud. Les deux amis s’apprécient et s’entraînent ensemble deux fois par semaine depuis plusieurs années.

Leur complicité est forte mais n’empêche pas un terrible duel fratricide dont le vaincu est assuré de se voir barrer la route du titre olympique. A la loyale, les deux épéistes entretiennent le suspense. L’escrime pratiquée, limpide, franche, est de toute beauté mais aussi d’une extrême intensité. « Bobosse » finalement porte la touche victorieuse et l’emporte – sans exprimer de joie. Avec pudeur et une certaine tristesse, il serre la main de Phillippe Riboud en s’excusant.

En finale, le jeune radiologue Philippe Boisse décrypte facilement le jeu du Suédois Björne Väggö : 10-5. Sur le podium il partage le plaisir d’entendre La Marseillaise avec à ses côtés Philippe Riboud, 3e de l’épreuve. Ensemble ils obtiennent ensuite l’argent par équipes avec Jean-Michel Henry, Olivier Lenglet et Michel Salesse.

A Barcelone, un an plus tard, en 1985, Philippe Boisse est champion du monde et son ami Riboud finit encore une fois troisième sur le podium.

(biographie issue de "Les héros olympiques français" Henri Charpentier - Solar éditions)

image droite

palmarès

INDIVIDUEL

  • Champion Olympique 1984
  • Champion du monde 1985
  • Champion de France 1976, 1978, 1983, 1984, 1987, 1991
  • Vainqueur des Jeux méditerranéens 1983
  • Vainqueur du Challenge Monal 1984, 1986

PAR ÉQUIPES

  • Champion Olympique 1980
  • Vice champion Olympique 1984
  • Champion du monde 1982, 1983