image

Construire et aménager sa salle d'armes

 

initier le projet

La réalisation d’un projet de réhabilitation, d’extension, ou de construction d’un équipement sportif se fait par la concordance de plusieurs facteurs tels que :

  • une décision politique visant à la mise en œuvre d’une stratégie volontariste s’appuyant sur la réalisation d’équipements sportifs en faveur de l’ancrage social,
  • une volonté de promouvoir un certain type d’équipements et / ou certaines pratiques telles que celle de l’escrime, valorisant le dynamisme sportif d’un territoire,
  • l’émergence des compétences communautaires liées aux équipements sportifs pour la dotation d’un équipement à l’échelle du territoire,
  • le constat d’un réel besoin en équipements sportifs spécifiques pour soutenir l’ancrage local.

LES OBJECTIFS

Selon les acteurs et le territoire concernés, il peut y avoir différents objectifs.

Pour les collectivités territoriales :

  • prendre en compte les besoins et les attentes de la population,
  • adapter le niveau de l’équipement à la demande du territoire,
  • faire des équipements sportifs des outils d’aménagement aidant à l’ancrage social, culturel, au développement touristique, à l’intégration des personnes à handicap...
  • mieux maîtriser les budgets d’investissement et d’exploitation propres aux équipements.

Pour le club :

  • participer à la mise en œuvre des politiques sportives nationales élaborées par le ministère, le CNOSF et la fédération,
  • participer à la mise en œuvre de politiques locales,
  • assurer le développement des différentes pratiques de l’escrime grâce à un équipement sportif en adéquation avec ses besoins,
  • partager avec le maître d’ouvrage une même vision des besoins et des stratégies en matière d’équipements,
  • accompagner le maître d’ouvrage dans la réalisation de son projet (réhabilitation ou création) en apportant une expertise spécifique de l’escrime.

la démarche

Le sport est au cœur des politiques sociales dans de nombreux domaines : l’enseignement, la santé, l’emploi, l’insertion, la cohésion sociale, l’économie, la prévention, le tourisme, la communication, l’intégration de personnes à handicap… Impliqué au quotidien dans la vie locale, le club doit entretenir vis-à-vis de ses partenaires institutionnels et territoriaux un véritable lien de confiance collaboratif inscrit sur le long terme. Il est important de présenter les valeurs de l’escrime qui, par sa pratique, favorise l’émergence de projets éducatifs partagés. Il conviendra également de décliner, par un diagnostic précis, le projet de développement du club, étroitement lié au projet fédéral, et les différentes pratiques que propose et proposera le club. Il n’est pas rare de compter en moyenne de 10 à 12 ans avant de pouvoir enclencher un projet sérieux et viable de réhabilitation ou de création de salle. Toutefois un projet territorial, une fois décidé entre la phase d’instruction et de réalisation, prendra en moyenne un minimum de trois à quatre années. L’étude de la salle se fera conjointement avec les maîtres d’œuvre (architectes…) et les personnes ressources de la discipline escrime (fédérations, clubs, dirigeants, techniciens…).

 

les acteurs du projet

Les principaux acteurs partageant le projet de réhabilitation ou de création d’un équipement sportif sont :

  • les décideurs : les maîtres d’ouvrage tels que les collectivités territoriales, communautés d’agglomération…
  • les opérateurs : les maîtres d’œuvre tels que les cabinets d’architecture, artisans, entreprises, fournisseurs de matériels d’escrime, les consultants techniques…
  • les partenaires financiers : publics et privés.
  • les utilisateurs : le club d’escrime et tous publics encadrés (les scolaires, périscolaires, écoles municipales des sports, universitaires…).

C’est ensemble que le projet s’élabore et se concrétise, chacun apportant son expertise et sa vision du projet.

 

 

 

AIDE À LA PRISE DE DÉCISION

Le guide de construction et d'aménagement d'une salle d'armes a pour vertu d’être une aide à la prise de décision entre réhabilitation, extension, et construction. Réhabiliter, étendre ou construire sont des choix importants aux conséquences diverses, tant dans les coûts d’exploitation que dans l’utilisation et la gestion de l’équipement. L’option retenue de ces formules correspondra à la réalité et au contexte social du projet dans son ensemble (politique, économique, social, sportif, technique…). La réhabilitation ou l’extension de l’équipement peuvent être financièrement plus attractives ; elles impliquent une corrélation entre la superficie disponible et les aspects techniques fonctionnels tels que le nombre de pistes et leurs dimensions, mais également l’organisation des espaces annexes (vestiaires, hall d’accueil, administration, rangements…). Il n’y a pas un type de réhabilitation ou d’extension mais une réelle personnalisation du projet. Cette personnalisation est assurée par l’ensemble des protagonistes intervenant dans la réalisation de ce projet. La construction permet une liberté d’aménagement que la réhabilitation ou l’extension contraint par l’espace fonctionnel et technique disponible. Chaque projet nécessite donc un accompagnement personnalisé et un diagnostic précis des besoins.