escrime handisport

L'escrime handisport française se confond avec son origine et son développement international. Elle est étroitement liée à la progression de la discipline en raison de son palmarès exceptionnel, de l'organisation de compétitions internationales, de l'élaboration de règlements et de la création d'un dispositif original de fixation des fauteuils roulant.

Alors que l'escrime en fauteuil roulant est désormais présente sur tous les continents, la France a poursuivi sa progression en nombre et en qualité de tireurs, avec le concours d'enseignants compétents et passionnés. Aujourd'hui, son développement est lié à son intégration dans les salles d'armes traditionnelles, par la création de sections handisports au sein des clubs de la Fédération Française d'Escrime.

La convention signée entre la FFE et la FFH en 1980, amendée en 2005, comprend l'organisation de compétitions et de stages communs, ainsi que l'accès aux formations d'initiateurs, de moniteurs, de prévôts fédéraux et de maîtres d'armes.

L'organisation des championnats du Monde de Paris 2010, qui se sont déroulé en commun au Grand Palais, fut une opportunité exceptionnelle pour l'escrime en général et pour l'escrime handisport en particulier. Cette prestigieuse compétition mondiale a confirmé que l'escrime est une grande famille... sans distinction.

(photo : © T-Quehen France Paralympique)

image droite

LES CATÉGORIES DE HANDICAP

La seule pratique de l'escrime reconnue au niveau international est celle en fauteuil roulant.

La notion du handicap minimum se traduit par une incapacité définitive de l'escrimeur à pouvoir pratiquer l'activité en position debout. En fonction du degré de handicap les escrimeurs sont classés en trois catégories :

  • les tireurs de la catégorie A ont un bon équilibre du tronc (paraplégies avec une atteinte basse médullaire, amputés membres inférieurs, hémiplégies, séquelles polio, certains IMC),
  • les tireurs de la catégorie B n'ont aucun équilibre du tronc (paraplégiques avec une atteinte haute médullaire),
  • les tireurs de la catégorie C (tétraplégique) n'ont aucun équilibre du tronc et une atteinte fonctionnelle des membres supérieurs notamment au niveau de la préhension. C'est la raison pour laquelle, afin d'assurer un bon maintien de l'arme, celle-ci est attachée à la main à l'aide d'un bandage.

Des personnes atteintes d'un handicap visuel pratique également l'escrime à l'épée uniquement. Les règles sont celles de la FIE avec quelques adaptations liées au handicap. Il n'y a pas de classifications dans cette pratique car elle n'est pas reconnue sur le plan international.