escrime à l'école

image droite

L’escrime est présente depuis longtemps à l’école primaire. Les instituteurs, puis les professeurs des écoles, avec l’aide des maîtres d’armes, ont tout de suite apprécié la richesse éducative de cette discipline. De nombreux enseignants proposent déjà de l'escrime à leurs élèves. Outre les qualités physiques et de précisions que développe la pratique de l'escrime, ce sport offre des notions structurantes et un certain nombre de valeurs intéressantes pour l'éducation des enfants.

 

un sport de combat pour tous

Petits, grands, filles, garçons, forts, moins forts, jeunes, moins jeunes, tous peuvent se rencontrer et jouer ensemble. L’escrime est une des seules activités de combat qui permet un affrontement intense sans brutalité, notamment pour deux raisons essentielles :

  • L’opposition se fait sans contact corporel direct, contrairement aux autres sports de combat (boxe, judo, karaté …)
  • L’usage d’une arme identique réduit l’importance des différences morphologiques entre les tireurs.

Du reste, les savoir-faire nécessaires au débutant pour commencer à jouer, s’acquièrent facilement. L’activité se construit essentiellement sur le plan cognitif : la compréhension des règles, la mise en place d’une tactique, l’adaptation à l’adversaire. En ce sens l’escrime a toute sa place au sein du système éducatif.

L'intérêt pédagogique

Ce sont des notions essentielles et structurantes que les élèves vont acquérir :

  • Vaincre son appréhension de l’autre en situation d’affrontement.
  • Adapter sa réponse motrice en fonction de l’action de son adversaire.
  • Respecter des règles et les faire respecter.
  • Apprendre des coordinations motrices spécifi ques riches.
  • Élaborer des stratégies pour rendre son action efficace.

Ce dernier point constitue une richesse pédagogique qu’il faut souligner. En effet, si la stratégie est importante pour bon nombre d’activités sportives, elle n’est accessible que dans un second temps. Au tennis par exemple, il est indispensable de maîtriser la technique avant de pouvoir construire un point. En boxe, lutte, judo, la force et la puissance ont une telle importance que les catégories de poids ont été instituées. En escrime, les jeunes peuvent rapidement mettre en place des stratégies. Les savoir-faire pour attaquer et défendre s’acquièrent rapidement et la force ne constitue pas un élément prépondérant pour gagner. Dès les premières séances, des constructions tactiques mettent en évidence l’intelligence du jeu nécessaire pour toucher. L’arbitrage est particulièrement valorisé et constitue, à lui seul, un intérêt pédagogique. Il faut connaître la règle du jeu, la reconnaître en situation de match et la faire respecter. L’arbitre doit notamment diriger le combat et s’exprimer. Il reconnaît les situations d’attaque, de défense et sanctionne les fautes ; il attribue les points et déclare le résultat du match. Cette tâche est particulièrement formatrice pour des enfants. A chaque séance, elle se reproduit un grand nombre de fois.